Le coin de la PDG

Les nouvelles règles de passage de la frontière avec les États-Unis ouvrent de nouvelles possibilités de voyages.

Le passage de la frontière sera plus facile et plus rapide pour les voyageurs américains et canadiens, et les marchés asiatiques deviendront un objectif plus central en 2012.

D’habitude, à l’approche de la nouvelle année, je pars voyager dans ma boule de cristal dans un coin de mon bureau pour voir ce que l’avenir réserve à la CCT et à l’ensemble de l’industrie canadienne du tourisme. [Musique mystérieuse en arrière-plan…] Bien sûr, les images restent troubles, car le secteur du tourisme international est en constante évolution.

Mais deux grands enjeux sont déjà clairement inscrits à notre agenda de 2012. Premièrement, il s’agit de discerner les répercussions des nouvelles règles du passage de la frontière entre le Canada et les États-Unis, qui ont été annoncées en décembre dernier à la suite des pourparlers entre le premier ministre Stephen Harper et le président des États-Unis, Barack Obama. Toute ouverture de la frontière canado-américaine ne peut que favoriser les voyages entre nos deux pays. Nous espérons que ces nouvelles règles réduiront les répercussions psychologiques négatives laissées par l’Initiative relative aux voyages dans l’hémisphère occidental dans les esprits des Américains. La nouvelle exigence de passeport a dissuadé beaucoup de nos voisins du Sud de voyager au Canada.

Les nouvelles règles promettent de faciliter et d’accélérer le passage de la frontière pour ceux qui sont inscrits à l’un des programmes de voyageurs dignes de confiance. Mais suffiront-elles à inciter les anciens voyageurs à revenir au Canada? Il est encore trop tôt pour le dire. Cependant, la situation devrait se clarifier au fur et à mesure que la nouvelle année avancera. Les mots du président Obama, qui montrent qu’il comprend l’importance du tourisme pour l’économie, ont été fort encourageants : « Nous allons tout simplement faciliter le commerce et les voyages, qui créent des emplois, mais durcir le passage pour ceux qui veulent nous nuire et menacer notre sécurité. »

Comme je l’ai expliqué auparavant, nous avons une occasion formidable de travailler avec Brand USA (l’ancienne « Corporation for Travel Promotion in the US », pour ceux qui n’auraient pas pris connaissance du changement d’image de marque), afin d’inciter les voyageurs à visiter nos deux pays. Par exemple, notre équipe de Recherche estime que de 20 à 30 % des Australiens qui viennent au Canada se rendent par avion aux États-Unis puis traversent la frontière terrestre. Le renforcement de la collecte des données résultant de ces nouvelles règles de passage transfrontalier devrait nous aider à mieux garder trace de ces visiteurs, ce qui est forcément bon pour le Canada.

Le deuxième grand facteur que nous surveillons actuellement, c’est l’émergence continue des marchés asiatiques dans le contexte des difficultés financières que connaît l’Europe. Beaucoup de nos concurrents, comme Tourism Australia, se tournent déjà avec plus de dynamisme vers ces marchés.

Il est impossible de prévoir les dénouements politiques, économiques et sociaux en Europe – semaine après semaine, les manchettes semblent nous apporter d’autres mauvaises nouvelles – et on peut donc encore moins prédire leurs répercussions sur les voyages à l’étranger. Quand on essaie de cerner la situation, on constate qu’elle s’avère différente, vue des différentes parties du Canada. Prenons pour exemple le Royaume-Uni : les rapports du World Travel Market de l’an dernier montrent que les voyagistes s’attendent à une année forte pour 2012, mais que le segment des visites à des amis ou de la famille restera faible.

Face à ces turbulences, il faudrait éviter de casser les prix. Une fois qu’on a réduit au minimum, il est difficile de revenir à des niveaux réalistes. Mieux vaut se concentrer sur la force inhérente du Canada en tant que destination. Notre vision est à long terme.

À la CCT, nous avons déjà effectué notre réorientation stratégique et, comme tout le monde dans l’industrie du tourisme, nous devons relever le défi d’aller de l’avant, dans un environnement difficile. Mais avec l’annonce officielle de la Stratégie fédérale en matière de tourisme, l’an dernier, et l’intérêt grandissant pour une vision interministérielle du tourisme au gouvernement fédéral, nous sommes bien placés pour faire des percées vraiment positives quant aux priorités de politiques en 2012. Revenez me lire!

Quelles sont les questions pressantes qui vous feront travailler d’arrache-pied en 2012? Faites-le-moi savoir, car en travaillant ensemble, entre partenaires, nous réussirons tous ensemble. Envoyez-moi un microbillet à @CTCCEO ou un commentaire ci-dessous.

Michele

 

Votre commentaire a été soumis au modérateur. Il sera publié après approbation.

(Avertissement concernant les commentaires)

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.
CAPTCHA
Le code de sécurité protège la CCT des envois automatisés de pourriels.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.

Commentaires

Madame McKenzie,

Je vous ai fait parvenir un long commentaire sur la création à venir de la Route des Belvédères dans ma région Matapédia/Les Plateaux pour 2014.

J'ignore si vous l'avez reçu; mon système informatique m'a joué un bien mauvais tour.

Si vous ne l'avez pas reçu, pouvez-vous me le faire savoir? Je vous l'enverrai de nouveau.

Laura Chouinard

Bonjour
Je vous invite à visiter notre site.
Avec nos remerciements pour l'accueuil que vous voudrez bien lui réserver.
Bien cordialement
http://www.auparadiscaraibe.com